Vient de paraître : Patagonie de Carolina Schutti

Lire un extrait

Commander ce titre

Traduit de l’allemand (Autriche) par Jacques Duvernet
Collection : Les Germanophonies
ISBN : 979-10-92364-63-7
ISSN : 2804-0899
Genre : roman
Format : 14 x 18 cm
Nombre de pages : 128
Prix public : 15 euros

Disponible depuis le 30 novembre 2023

De façon plus ou moins voulue ou fortuite, cinq marginaux se retrouvent dans un paysage totalement coupé du monde, par moments très légèrement menaçant, et dont il faudrait certainement se méfier comme on doit se défier de l'eau qui dort. Leur projet est simple : mener une vie simple, authentique et proche de la nature. Dans cet endroit reculé, il peut être pourtant dangereux d'accueillir quelqu'un d'extérieur dont on ne sait ce qu'il apporte avec lui.

« Soudain le groupe s’arrête, le premier se retourne, l’air perplexe, et lui fait comprendre par ses gestes de bras qu’il ne sait pas où est le chemin, ils forment un vague cercle, rien à faire, elle est obligée d’entrer dans ce cercle et de leur dire par où continuer. De leur avouer que cela fait plus d’une heure qu’elle ne reçoit aucun signal, que la batterie sera vide dans quelques minutes et qu’à l’instant précis, elle n’est pas certaine à cent pour cent qu’ils marchent dans la bonne direction. Que le nouvel itinéraire n’est pas encore totalement balisé. Mais il ne faut pas s’inquiéter : si la brume ne se lève pas, si la vue sur les montagnes ne se dégage pas, ils vont camper ici, ce sera un peu d’aventure en prime, ils auront alors largement de quoi alimenter leurs pages Facebook et leurs blogs de voyage. »

Carolina Schutti a fait des études de germanistique, de langues et littératures anglaise et américaine ainsi que de guitare classique. Elle a suivi une formation de chanteuse. Après une thèse sur Elias Canetti, elle a publié des poèmes, de courts textes de prose et de romans, des pièces radiophoniques et est l'autrice de plusieurs projets théâtraux interdisciplinaires. Ces nombreux livres sont traduits jusqu'à présent en dix-huit langues et ont été plusieurs fois récompensés. En 2015, Un jour j'ai dû marcher dans l'herbe tendre reçoit le Prix de littérature de l'Union européenne pour l'Autriche. Le texte est au catalogue du Ver à soie depuis 2018. Elle publie Patagonie pour la première fois en 2020 aux éditions Laurin (Innsbruck University press).

Vient de paraître : L'Homme qui flotte dans ma tête de Veronika Boutinova

Lire un extrait

Commander ce titre en ligne


ISBN : 979-10-92364-62-0
Genre : roman mausolée
Format : 140 x 200 mm
Nombre de pages : 118
Prix public : 18 euros

Sous l'égide d'Archimède de Syracuse qui traverse l'espace-temps pour évoquer ses découvertes scientifiques aquatiques, le roman de Veronika Boutinova narre l'histoire de la jeune Magda qui entend - par le biais de sa chevelure immense flottant dans la Manche -, les voix des migrateurs noyés dans les mers européennes. Une voix est cependant prépondérante sur les autres, réclame la jeune milivole calaisienne : celle d'un homme qui flotte en Méditerranée et qu'elle décide de retrouver. Le roman donne la parole à ces voyageurs invisibles, dont nous ne pouvons que deviner l’agonie. Il se veut un hommage aux migrateurs pourrissant au fond des mers et un mausolée offert à tous ceux qui ont risqué le pire pour tenter de trouver une vie meilleure :

« J’avais tout si bien fort well organised, tout si bien fort well programmé pour mon évasion ; mon peu de money demeurant prévu pour affronter la froidure des eaux du Nord. A battle against froze and salt et les waves si hautes qui te ballottent ! J’ai cru ça si facile de flotter porté par les courants jusqu’à terre dans le chaud relatif de ma peau de plongée. J’ai cru, j’ai believed, je me suis trompé, bel idiot. La Manche est l’autoroute où se croisent, t’aspirent et te déchirent d’énormes ferrys de fer et autres monstres métalliques qui charrient des cargaisons de marchandises monnayables d’un pays à l’autre en aller-retour interminables. Tired, exhausted, percuté sans arrêt, piètre nageur d’une patrie sans lac, corps aqueux, nez à peine relevé au-dessus la frontière liquide – ligne mince et fragile avant l’obscure profondeur qui obstruerait ma vue de l’horizon céleste -, j’ai senti l’eau m’envahir, l’air me manquer et le dark m’étouffer. S’il te plaît, mignonne, sois douce et gentille, préviens ma maman au pays. Elle sera bien fâchée. Je lui avais promis de veiller sur ma vie. S’il te plaît, sois douce et gentille, please, tell my mother mon endormissement interminable dans les vagues du Nord ».

Veronika Boutinova est femme de lettres, dramaturge, metteuse en scène et plasticienne. Après un doctorat sur la littérature tchécoslovaque sous le régime communiste, elle poursuit ses recherches sur les dramaturgies contemporaines d’Europe centrale et orientale. Elle devient parallèlement membre d’Eurodram (Maison d’Europe et d’Orient) et dramaturge associée de la compagnie européenne et citoyenne « Une Forêt entre les murs », dévouée à la contemporanéité, au théâtre politique et européen. Elle met en scène plusieurs textes du répertoire de l’Est européen, dont FUCK YOU, Eu.ro.Pa ! de Nicoleta Esinencu. Préoccupée par le sort des migrateurs en Europe, elle a écrit plusieurs pièces sur le sujet, dont N.I.M.B.Y. et Dialogues avec un calendrier bulgare, publiées aux éditions L’Espace d’un instant ou Sara Jevo publiée aux éditions Par ailleurs. Elle est également à l’initiative d’actions théâtrales et plastiques remarquées dans la ville de Calais, comme Outside Theater en 2007, Lectures Clandestines en 2014, Les Arbres à brosses à dents en 2015, J’épouse la cause des migrateurs en 2015, Le Lancer de bébés ou Calais l’accueillante en 2016. Elle publie également Sursum corda dans la collection 100 000 signes et Qadir et Coralie est à paraître au Ver à soie.

Vient de paraître : Espars, poème épique en mètre irrationnel de Sébastien Cagnoli

Commander ce livre en ligne

Découvrir un extrait

Prix Méditerranée "Poésie" 2023

ISBN : 979-10-92364-61-3
Genre : poésie
Format : 180 x 300
Nombre de pages : 280
Prix public : 23 euros

De la notion d’espars  –  longs morceaux de sapin qui servent à construire des mâts  –, Sébastien Cagnoli tire un poème épique  –  mais peut-être est-ce une épopée de caps et d’épées ? –, évoquant une traversée de Villefranche à Cagliari sous Victor-Amédée III, âge d’or de la marine de Savoie dans le comté de Nice. Fluctuant et imprévisible, mais sans rien d’aléatoire, son « mètre irrationnel » obéit à des lois mathématiques issues de la nature, tel le rythme des vagues. La réalisation de ce projet d’écriture très musical n’aurait pas été possible avant les performances atteintes par les ordinateurs depuis les années 1960. Il se prête aujourd’hui à merveille aux illustrations de l’Atelier du zef d’Elza Lacotte.
Le
récit ci-après s’est accompli
lors des grands voyages de mon père
il me l’a dit
il me l’a raconté
c’est vrai
c’est réel
n’est ni rêve ni mensonge
car mon père il a longtemps servi
comme matelot dans la marine
et le soir
à Villefranche
il disait
il racontait
ceci
là.

Ingénieur centralien de formation, Sébastien Cagnoli est auteur-traducteur à plein temps depuis 2010. Niçois d’expression française, il a débuté avec des nouvelles et des pièces de théâtre - réintroduisant notamment les arts dramatiques au Salon d’automne en 2003 -, mais il cherche surtout à partager avec le public francophone les œuvres d’artistes étrangers. Dans le domaine finnois, ses traductions de Sofi Oksanen connaissent un grand succès - Prix Femina et Académie suédoise. Chercheur indépendant en langues et civilisations, il a également publié de nombreux travaux sur les littératures ouraliennes – en particulier la littérature komie, dont il a traduit des écrivains classiques et contemporains. Le poème épique Espars, sa première publication au Ver à soie, reçoit le Prix méditerranée "Poésie" en 2023.

Vient de paraître : Terre Ciel Enfer, La Famille Müller 1 de Laurent Maindon

Commander ce livre en ligne

Découvrir un extrait


ISBN : 979-10-92364-60-6
Genre : roman
Format : 140 x 180
Nombre de pages : 174
Prix public : 15 euros

Berlin, un certain dimanche matin. Une petite fille qui joue innocemment à la marelle lève soudain le nez et découvre un type en train de cimenter des briques qui coupent sa rue. Le même jour qui marque le début de la construction du Mur de Berlin, Hans, le petit dernier de Manfred et de Christa Müller, décide de naître. La saga romanesque de La Famille Müller vient de commencer pour nous entraîner dans l'Europe du XXème siècle, de la guerre froide à nos jours. Terre Ciel Enfer en est le premier volume :

« L’instruction de la jeunesse n’avait échappé à aucun dirigeant politique. L’enjeu était de taille et le formatage un devoir. Entretenir les jeunes pousses et récolter plus tard les fruits de la fidélité au régime, les convaincre de chasser les parasites, de se tenir prêt à retrousser leurs manches pour laver les affronts. Et comme par enchantement, comme si un mage avait agité sa baguette magique et prononcé quelques injonctions ensorcelantes, les jeunes réunis dans la salle de section, visages rendus blafards par les néons, se lèvent d’un seul élan et s’emparent qui de truelles, qui de pelles, qui de sac de ciment,qui de rouleau de fer barbelé. Rottluf et Weisenberg se congratulent, prêts à en découdre eux aussi avec le frère ennemi ouest-allemand.

Bref chacun s’équipe pour participer à l’érection d’un mur comme les enfants sur la plage érigent des murailles de sable pour arrêter la marée. C’est vain et désespéré mais ludique, et pendant ce temps, les parents sont rassurés, les enfants sont occupés et restent à portée de vue. Au moins, ils ne sont pas distraits par des tentations douteuses, au moins ils servent une cause légitime, au moins l’opération Muraille de Chine est lancée. Le secret avait été bien gardé. L’armée, secondée par les sections de la jeunesse – des jeunes appelés tout juste sortis de l’adolescence pour certains, tout juste adultes pour d’autres –, se mettait à l’oeuvre avant les premières lueurs de l’aube. À la surprise générale, Berlin Ouest se faisait emprisonner. Emmurer. À ciel ouvert. Désormais, seuls les étourneaux et les hirondelles n’auraient pas besoin de visa ».

Né à Nantes, Laurent Maindon est metteur en scène et cofondateur du Théâtre du Rictus qu’il dirige depuis 1996. Il se consacre à l’exploration des écritures contemporaines à travers ses mises en scène. Germaniste de formation, Il rédige son mémoire de maitrise sur les graffitis du mur de Berlin qu’il soutient en octobre 1989, trois semaines avant sa chute. Poète, il a publié une dizaine de recueils chez différents éditeurs indépendants. Il explore l’écriture du roman depuis peu. Les rapports qu’entretient l’intime avec le cours de l’Histoire est au cœur de ses questionnements, tout comme l'observation des soubresauts du réel entre plausible et improbable. Terre Ciel Enfer est le premier volume d’une saga romanesque, La Famille Müller, dont l’action principale débute à Berlin au premier jour de la construction du Mur, et dont les différents volumes paraîtront progressivement dans la collection Les Germanophonies du Ver à soie.

Vient de paraître : Une Histoire vraie de Z à zèbre de Sylvie Boksenbaum

Commander ce livre en ligne

Découvrir un extrait


ISBN : 979-10-92364-58-3
Genre : livre jeunesse
Format : 140 x 300
Nombre de pages : 50
Prix public : 18 euros

Disponible depuis le 15 décembre 2022

Au pays des animaux libres, un zèbre insomniaque mais rêveur, fait le vœu de partir pour la voie lactée rejoindre la Lumière. Rencontrant l’amour en chemin, il s'aperçoit qu'il n'est sans doute nul besoin de partir si loin, si haut car son rêve se réalise sur la Terre. Un conte qui révèle la magie de la nuit, un espace rassurant où l'on peut bien dormir, et qui nous dévoile que lorsqu'on se met en route vers nos rêves, ceux-ci viennent également à notre rencontre :

« Ils passèrent leur « lune de miel » sur terre. Depuis, à la tombée de la nuit, par chance, on peut apercevoir avant qu’ils ne s’endorment, deux zèbres lumineux comme des lucioles. Enveloppés par la clarté sombre de la nuit, ils jubilent de leur complicité avec les étoiles. La lune vient régulièrement se joindre à la partie. La belle est la première à partir au pays des songes. Elle a un petit faible pour l’étoile du berger et compte les moutons… Le zèbre, à présent bon dormeur, ne tarde pas à la suivre à moins qu’une pluie d’étoiles filantes vienne embraser son imagination. Alors il se met à rêver éveillé. Son dernier vœu ? Devenir danseur étoile…

Mais chuuut, là, ils dorment… ZZZzzz

Sylvie Boksenbaum publie son premier livre jeunesse au Ver à soie. "Ma passion est la recherche du Vivant sous toutes ses formes, écrit-elle, en moi, chez l'Autre et bien évidemment dans la Nature. Je donne une grande place au respect de Gaia, la Terre. Sur mon chemin, les Arts sont de bons guides, dans la légèreté profonde et la profondeur légère."

Copyright © 2014 Le ver à soie - Licence GNU/GPL
Joomla !